Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil du site > Colloques > Colloques du GHPS (archives 2003-2012) > Année 2004

Environnement Agriculture Ethique. Quels enjeux ? Quelles Actions ?

Vendredi 25 juin 2004
La recherche scientifique fondamentale est libre de rechercher la voie de ses succès. En ce sens, elle n’a pas d’autre norme éthique que la sienne propre. Or, à chaque moment de l’élaboration des découvertes et leur mise en œuvre, se trouve une multitude d’étapes où il serait possible de prendre une décision éthique sur l’application des sciences à la vie des citoyens. Nous voulons essayer de voyager dans l’espace moral de ce système pour dégager des lignes de conduite dans les étapes différentes du fonctionnement de la vie scientifique.

L’agriculture et l’environnement représentent certainement la prochaine zone de conflit dans notre espace public. Les progrès scientifiques dans les domaines du génie biologique et chimique nous mettent peut-être à l’aube de changements nouveaux dans la nature. Des acteurs de la recherche, de l’industrie et de la société pourront expliquer leurs motivations et contraintes. Les sources actuelles de l’éthique et l’éducation à la citoyenneté seront également évoquées. Comment seront prises les décisions qui commandent notre avenir ? Avec quelles éthiques de référence ? Quelles voies nouvelles, compte tenu de la situation globale, pourrait-on imaginer aujourd’hui ?

Présentation

La recherche scientifique fondamentale n’a pas d’autre éthique que celle de sa propre activité, au sens où elle est libre de trouver la voie de ses succès. Tout chercheur est libre de choisir ses champs d’investigation (au moins dans l’idéalité). Mais l’histoire a montré que dans certains cas les utilisations de ses découvertes peuvent être nuisibles.

La recherche appliquée est commandée par l’industrie. Les demandes des industries aux chercheurs sont très orientées par les marchés, qui pour le moment n’ont ni éthiques ni lois. Les directeurs des grandes entreprise, étant des acteurs dotés d’autonomie de décision, ont le droit et le devoir de poursuivre les intérêts de leurs entreprises, ainsi parfois que le leur propre, du moins dans certains régions du monde.

L’état est l’arbitre des affaires de la nation, et éventuellement des nations dans certains cas. Il a le devoir de législation de la morale publique.

Mais en réalité, à chaque moment de l’élaboration des découvertes et leur mise en œuvre dans la vie moderne, il y a une multitude d’étapes où il serait possible de prendre une décision morale sur l’application de la science à la vie des citoyens. Nous voulons essayer de voyager dans l’espace moral de ce système pour dégager une ligne de conduite dans les étapes différentes de ce fonctionnement de la vie scientifique.

Nous avons choisi pour thème d’investigation l’agriculture et l’environnement, parce qu’ils représentent certainement la prochaine zone de conflit dans notre espace public. Les progrès scientifiques dans les domaines du génie biologique et chimique nous mettent vraisemblablement à l’aube d’un grand changement dans la nature. Des acteurs de la recherche, de l’industrie et de la société pourront expliquer leurs motivations et contraintes. Comment seront les prises les décisions qui concernent notre avenir ? Avec quelles éthiques de référence ?
Comment, compte tenu de la situation globale, peut-on imaginer des solutions ?

Journée de réflexion proposée par Bruce Velde, du Département Terre – Atmoshpère – Océan de l’ENS.

Programme