Hommage à Pierre Petitmengin

En 2017, lors d’un échange amical à bâtons rompus, Stella Manet (Bibliothèque Ulm-LSH) et Nathalie Queyroux (CAPHÉS) ont partagé leur intérêt pour l’histoire de l’École normale de la rue d’Ulm, et un étonnement commun – la présence sur le long cours de plusieurs personnalités marquantes dans les lieux. L’idée de réfléchir à un projet pour recueillir à travers des entretiens une mémoire vivante est venue d’elle-même. Il leur fallait trouver au sein de l’institution un témoin exemplaire sensible à leur préoccupation. Après concertation, elles ont convenu que Pierre Petitmengin, ancien directeur de la Bibliothèque de l’École normale serait un témoin idéal pour retracer son parcours et partager ses souvenirs de l’École : normalien de la promotion 1955, il avait occupé pendant 37 ans (1964-2001) le poste de directeur de la Bibliothèque.

Le connaissant l’une et l’autre, il restait à le contacter et à le convaincre. Pierre Petitmengin se caractérisant notamment par son érudition, sa modestie et son attachement à son École et sa communauté, Nathalie Queyroux lui a présenté le projet sous l’angle qui avait le plus de chance de l’intéresser : constituer une archive pour encourager la Direction de l’École au lancement d’une collecte d’archives orales et d’archives papier au sein de la communauté normalienne. Il n’a pas hésité longtemps, le terme « archives », véritable sésame, avait produit l’effet escompté !

Un projet a été rédigé par Nathalie Queyroux et soumis au labex TransferS au nom du CAPHÉS pour financer un ensemble de captations vidéo de Pierre Petitmengin et de collègues qui avaient travaillé avec lui. Pierre Petitmengin s’est pris au jeu et a enrichi la liste de participants… en la doublant.

Une équipe a été constituée autour du projet : Stella Manet et Stéphane Toulouse de la Bibliothèque Ulm-LSH, Roddy Cunningham, réalisateur, et Nathalie Queyroux prenant en charge la coordination du projet. À partir de fin 2017, des captations vidéo ont été organisées qui se sont échelonnées jusqu’en 2019. 32 personnes ont été contactées dans le cadre de ce projet et elles ont toutes répondu présentes, témoignage éclatant s’il en était besoin de la grande sympathie qu’elles avaient gardé pour Pierre Petitmengin.

Pierre Petitmengin vient de nous quitter le 28 juin dernier. Il a accompagné ce projet de sa complicité bienveillante. Il s’y est intéressé tout du long, prenant des nouvelles régulièrement. Notre petite équipe tient à exprimer toute sa reconnaissance pour la confiance qu’il lui a manifesté, lui, homme des livres, de l’enseignement érudit, livré tout à coup à la lumière des projecteurs et caméras pour le bénéfice de l’École et de sa bibliothèque. Au détour d’une conversation, il nous a avoué qu’il avait accepté ce projet comme un canular dans la pure tradition normalienne.

Ce projet, malmené par la pandémie, est, comme prévu initialement, diffusé sur un site internet dédié : https://www.oralemens.ens.fr/s/PPM/page/presentation

Si nous ressentons aujourd’hui une profonde tristesse de ne pas avoir pu organiser avant sa disparition la grande réunion de tous les participants à ce projet, occasion qui lui aurait permis de remercier chacun de vive voix, chaleureusement, pour sa contribution – il y tenait tellement… –, nous avons eu le grand plaisir que Pierre Petitmengin s’intéresse au site web de présentation de l’enquête menée grâce à lui. Il a aimé regarder les vidéos de ses anciens collègues, élèves devenus des collaborateurs scientifiques, des amis. Il s’est senti honoré que l’on songe à publier la bibliographie de ses travaux. Il s’est étonné de l’envergure de l’enquête, passant d’un projet qu’il envisageait pour sa famille et ses amis à une enquête permettant d’instruire l’histoire de la Bibliothèque et celle de l’École.

Pierre Petitmengin attendait la suite comme son appel du 10 juin dernier en a témoigné. Conscient qu’un matériau aussi volumineux méritait d’être présenté également sous une forme plus ramassée, il appelait de ses vœux une suite, suite qui avait été préparée par l’équipe du projet par une demande de financement auprès de l’EUR Translitteræ en 2022 : un ou plusieurs films de synthèse qui permettraient d’évoquer les thèmes développés au cours de l’enquête – la scolarité des Normaliens dans les années 50, la Bibliothèque des lettres (son histoire, ses personnels, ses collections, son évolution), les événements marquants de l’histoire de l’École dont celui de la fusion entre l’École de la rue d’Ulm et l’École normale supérieure de jeunes filles du boulevard Jourdan, les travaux collectifs menés au cours du séminaire qu’il a animé de « lecture et critique des manuscrits latins ».

Il nous reste du travail à accomplir pour honorer la mémoire de Pierre Petitmengin. Les vidéos nous permettront de continuer à le voir et à l’écouter nous livrer les secrets de son École, avec son humour inimitable. Il n’en reste pas moins qu’il va beaucoup nous manquer.

Merci, Monsieur Petitmengin. Pour tout.

Nathalie Queyroux